La Ville de Paris a missionné la Fédération Française d’AéroModélisme pour animer et encadrer des zones de vol dans Paris.

Et la FFAM s’est tourné vers l’AMR pour encadrer ces sessions de vol avec des bénévoles. Nous serons présents un dimanche sur deux, en alternance sur les deux sites retenus : l’hippodrome de Longchamp et le Parc de La Villette. Les deux lieux ne seront pas destinés exactement aux mêmes activités, Longchamp proposant un espace dégagé de plusieurs milliers de mètres carrés, là où La Villette proposera une volière fermée dans un espace plus réduit.

La seconde date retenue est le 23 Octobre au parc de La Villette, en volière (avec des filets de protection formant une structure totalement fermée), le calendrier précis sera ensuite diffusé en fonction de l’avancement de l’aménagement des sites. Les dates seront publiées sur le site de gestion des inscriptions RotorMatch.

carte rotormatch

Nous vous invitons donc à vous rendre sur Rotormatch pour réserver votre sessions de vol. Nous vous accueillerons avec une structure légère, sans machines à prêter ou faire essayer. Nous aurons une arrivée électrique pour les chargeurs et fers à souder.

Vous pouvez utiliser le formulaire de contact (plus bas) pour plus d’information, le plus rapide et efficace étant de venir sur le forum pour discuter avec l’ensemble des membres de l’association.

A très bientôt et bon vol !

Qui sommes nous ?

L’Association Mini Racers (AMR) a été créée en novembre 2014.

Elle est née de la volonté de pratiquer le vol en immersion à très basse altitude (FPV Racing, Low Riding,…) et d’organiser des courses dans le respect de la sécurité et la réglementation.

Notre but est crédibiliser et structurer nos démarches auprès des institutions officielles à l’aide de multiples outils : association loi 1901, licence FFAM, pratique encadrée par un règlement intérieur.

Si les compétitions organisées ne revêtent pas encore un caractère officiel, leur déroulement est élaboré avec tout le sérieux nécessaire. Mais l’essentiel n’est pas dans cette notion de compétition.

Nota : Les choses ont évoluées depuis la création de l’association, et les compétitions sous l’égide de la FFAM voient maintenant le jour ! La fédération internationale FAI est aussi partie prenante et l’année 2016 verra la première compétition.

Les maîtres-mots de l’AMR sont, et resteront, la convivialité et le plaisir de partager une passion et des connaissances communes nécessaires à la bonne pratique du vol en immersion.

 

FFAM_Footer    blason
StudioSport_Footer    aero    Helicomicro    logo-xavdrone-03

Le FPV Racing, c’est quoi ?

FPV Racing, le pilotage à sensations !

Voler vite, au ras du sol, entre les arbres, sous les portes ou les branches, autour des drapeaux, éviter tous les obstacles, ou pas ! Les sensations sont assurées en volant près du sol pour une forte impression de vitesse et une altitude très faible. Des appareils qui vont vite, pilotés à distance et en immersion : une caméra et un émetteur vidéo renvoient l’image au pilote sur des lunettes ou un écran. Exactement comme si il se trouvait à bord !

Le challenge est d’arriver premier lors d’une course pratiquée en milieu naturel comme les sous-bois, dans des salles des gymnases, ou dans des champs ; le circuit est balisé avec des drapeaux et des portes, matérialisé au sol avec des plots, semé d’embûches en forêt et très rapide sur un stade. Les autres concurrents sont aussi des obstacles, les portes ne sont plus si larges lorsque l’on tente d’y passer à plusieurs… Pour gagner il faut allier deux mondes : exceller dans le pilotage, et savoir construire puis régler sa machine. Les appareils sont assemblés par les pilotes qui préfère le DIY (le fait soi-même) : choisir les pièces, les châssis et décider quels assemblages produiront les meilleures performances. Les crashs sont fréquents et savoir réparer sa machine est important. Souvent des hélices à changer, parfois un moteur ou un élément de la structure.

La sécurité des courses est prise au sérieux : les pilotes sont les premiers concernés de par la manipulation et la proximité des appareils, et ils détestent chercher leurs machines. Ainsi, les hauteurs de vol ne dépassent pas la cime des arbres et il y a toujours une personne qui a les machines en vue. Les circuits sont préparés et balisés après reconnaissance, entourés de filets ou de distances réglementaires pour les personnes qui assistent aux évolutions. Il est à noter que les spots de vol ne sont pas déteriorés par l’activité, et que les lieux sont débarrassés des morceaux d’hélices ou de carbone.

La qualité des images transmises pour piloter est assez mauvaise, alors nous embarquons des caméras HD miniatures comme les Gopro ou autres Xiaomi pour enregistrer les sessions. Les vidéos rappellent alors les courses de WipeOut ou les pousuites de spier-bkie à la StarWars. Mais les vols rapides côtoient aussi des sessions plus posées, où l’on partage les figures et les réglages ; on va aussi chercher la précision dans de petits espaces avec de plus petits appareils… mais pour la même consommation d’hélices.

52

Membres

137

Mini Racers

6912

Hélices changées (environ…)

Les machines

Les mini-racers sont des aéronefs pourvus de 3, 4 ou 6 hélices. Leur poids se situe la plus part du temps entre 500 et 800 grammes, rarement au-delà. Le règlement intérieur de l’AMR prévoit une limite de poids de 1kg, au maximum.

 

types_multi_rotor

Ces petits multi rotors sont constitués de différentes matières (carbone, G10, ABS,…) et sont souvent en kit à monter. Ils comprennent un chassis, des moteurs, des contrôleurs, une carte de vol, ainsi que du matériel de transmission vidéo (un émetteur et un caméra permettant de transmettre en direct les images au pilote, et une batterie, afin d’alimenter l’ensemble pour toute la durée du vol).

Ce sont des machines relativement complexes, nécessitant un certain savoir-faire pour le montage. Le premier conseil est de prendre son temps dans le choix des composants et de demander l’aide des personnes compétentes. Par exemple, la réalisation de soudures solides ne s’improvise pas.

 

Attention, Tous les tests moteurs réalisés durant la phase de construction doivent être effectués sans les hélices pour des raisons évidentes de sécurité.

 

La sécurité

La pratique du low riding et du FPV racing consiste à survoler en immersion un parcours à basse altitude. Il est bien évident que ce loisir ne peut s’envisager qu’en l’absence de nuisance, ni même de risque pour soi ou pour autrui.

Or, comme dans toute autre activité (aéromodélisme ou autre), l’utilisation d’engins tels que nos mini racers, peut générer des situations à risque, si certaines règles de base et de bons sens ne sont pas respectées.

Mesures à prendre en cas de perte d’image ou de signal radio :
– coupure vidéo, il est demandé aux pilotes de couper les gaz, afin de poser l’engin au plus vite.
– perte de signal radio : il est préalablement demandé aux pilotes de programmer une autocoupure (failsafe), permettant un arrêt instantané des moteurs, en cas de perte du signal radio, et ce, afin d’empêcher le mini racer de poursuivre sa course aléatoirement.

La fonction failsafe est à programmer sur la radiocommande mais également sur le logiciel de paramétrage de la carte de vol. Des pilotes chevronnés peuvent accompagner toute personne dans la programmation de cette fonction Failsafe.2016-02-07_140929

 

Le bon fonctionnement du FailSafe sera systématiquement vérifié avant chaque vol, chez tous les participants

 

Le public

Le premier danger que nous souhaitons à tout prix éviter est le dommage causé à autrui.  Pour cela, le survol de personnes est purement et simplement banni. Cela suppose que les vols soient effectués à des endroits suffisamment éloignés de tout public et/ou d’habitations. Une des principales dispositions que nous prenons, est le survol de zones bien délimitées, dont les pilotes peuvent avoir une connaissance précise. Tout pilote ne maîtrisant pas suffisamment, ni les techniques de pilotage, ni le terrain, est amené à réduire son allure et à faire les repérages nécessaires.

Durant les rassemblements de pilotes, l’accent est mis sur la sécurisation des lieux de vol.  Des systèmes d’identification (fléchages, rubalise) peuvent permettre de faciliter la reconnaissance du parcours. Des éléments de protection, tels que des filets de sécurité peuvent également être installés. Enfin, des zones interdites au public et aux pilotes durant les courses sont définies afin d’éviter toute intrusion.

Le vol en immersion suppose que le pilote ne soit pas seul durant la session de vol. Il doit être accompagné d’autres personnes positionnées à côté de lui, qui pourront l’avertir de tout évènement susceptible d’interférer dans son pilotage (intrusion de personnes, d’animaux, etc…), voir à même de récupérer les commandes de l’engin en cas de problème.


La hauteur

De par les hauteurs d’évolution des mini-racers (généralement en deçà des 10 mètres),  le danger d’interférer avec l’espace aérien « classique » et sa hauteur plancher de 150 mètres est quasi nul, pour ne pas dire inexistant.

L’AMR demande à ses pilotes de se conformer à une règle simple : ne pas évoluer au-delà de la cime des arbres présents sur la zone de survol, ou en l’absence d’arbres proches, de se cantonner à une hauteur approximative de 15 mètres (au jugé). Ainsi, la marge de sécurité sera grande, en cas de dépassement très ponctuel et involontaire de cette hauteur.

hauteur_de_vol

 

Règlement intérieur / Charte du FPV Racing.

L’AMR a mis en place un règlement intérieur et une charte de bonne conduite afin de permettre à toute personne souhaitant se joindre à nos activités de prendre connaissance de ces règles de sécurité. L’AMR a doté son comité directeur de la capacité d’expulser toute personne contrevenante. Toutefois, l’accent est mis sur l’éducation et l’apprentissage.
Les membres de l’AMR seront ravis d’accueillir  des pilotes débutants, et favoriseront la mise en œuvre des bonnes pratiques de pilotage dans le respect de la sécurité, et ce, à travers l’échange avec des pilotes plus expérimentés.

 

Les membres du comité directeur de l’AMR tiennent à rappeler que quel que soit son niveau de pilotage, chaque pilote est tenu seul responsable de son mini racer.

Une question ?

 

Rejoignez notre Forum !

Association Mini Racers

voici de quoi nous contacter!